Chiffres clefs sur le commerce du thé par la Compagnie des Indes

20 Mar 2015 | Histoire du thé

Première de couverture du livre compagnie des indesJe termine la lecture d’un passionnant petit livre sur les Compagnies des Indes. Ces grands monopoles d’Etat du 17ème et 18ème siècle  avaient pour mission d’appareiller des navires à destination des « Indes » (Réunion, Maurice, Inde, Chine principalement) afin d’en ramener de précieuses denrées… et notamment du thé bien sûr !

J’y est découvert quelques infos intéressantes sur le thé que je vous livre ci-dessous.

Chiffres clefs sur la Compagnie des Indes

La compagnie des Indes française transporte chaque année 600.000 livres de plomb. Une livre-poids équivaut à 453 grammes. Ce plomb est utilisé pour fabriquer des balles d’arme à feu mais aussi pour garnir l’intérieur des caisses de produits sensibles à l’humidité comme le thé.

Les marins ont par ailleurs le droit de charger leur bagages avec diverses marchandises dans le but de les revendre à leur compte à leur retour en France. Cette pratique s’appelle le « port-permis ». Les produits les plus prisés sont le café moka, le poivre, le thé, les porcelaines de Chine. Un marinier peut ainsi doubler sa solde et plus son grade est élevé plus son port-permis est important. Business business !

Parmi les produits bruts rapportés et vendus en France, le café et le thé dominent

Le café moka apparait dans les registres de ventes à la fin du 17ème siècle. Il est dépassé en quantité par la café bourbon (planté à Maurice et sur l’île de la réunion) à partir de 1730. Le compagnie met en vente 300.000 livres de moka et 2.000.000 de livres de bourbon.

Je paraphrase l’auteur pour cette partie : « Le thé ne cesse de croitre. On passe de 100.000 livres à la fin du 17ème siècle à plus de 500.000 livres entre 1730 et 1740, 1 million vers 1750 et 2 millions dans la second moitié du 18ème siècle. »

Pour les trois quart, il s’agit de thé « bouy », la qualité la plus courante. Les autres thés noirs (Kanhou, Pekeau, Saotchaon) est négociée en quantité plus limitée. Les thés verts (Sonlo, Haysuen, Imperial) représentent un cinquième des imports.

J’ai lu ce petit livre suite à la visite à Amsterdam d’une réplique d’un navire marchand de la Compagnie des Indes hollandaise, le VOC Amsterdam construit en 1748.

Guide thé et bien-être

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Les 11 règles d’or de Georges Orwell pour une tasse de thé parfaite

En 1946, George Orwell, romancier et journaliste anglais, a publié un essai dans le quotidien Evening Standard intitulé « A Nice Cup of Tea » (Une belle tasse de thé). Cet essai énonce les 11 règles d’or d’Orwell pour bien préparer le thé... à la façon anglaise. A...

A la recherche du théier cultivé originel

Ce très intéressant documentaire chinois sous-titré en anglais vous propose de partir sur les traces du théier originel, le premier théier cultivé au monde. Mais le débat est vif. Ce théier est-il originaire du Yunnan en Chine ou plutôt d’Inde, de la région d’Assam....

Brève histoire du thé en Angleterre

Brève histoire du thé en Angleterre

Avant l’introduction du thé en Grande-Bretagne, les Anglais prenaient seulement deux repas : petit déjeuner et dîner, et le dîner servi à la fin de la journée est composé d’un repas très copieux. Seuls les gens de classe moyenne et de la haute société pouvaient...

Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.