Honeybush : prix, vertus et préparation de cette tisane au goût de miel

par | 28 Déc 2015 | Rooibos

Le honeybush, aussi connu sous le nom moins poétique de Cyclopia est un buisson qui ne pousse qu’en Afrique du Sud – comme son cousin le rooibos. Ses feuilles sont utilisées pour élaborer la délicieuse boisson éponyme à la fois douce et délicate et totalement dénuée de caféine. Le Honeybush (buisson de miel en anglais ) tire son nom de ses fleurs jaunes qui sentent le miel.

Honeybush en fleur

Honeybush en fleur

Culture du honeybush

On recense plus d’une douzaine d’espèces de Honeybush. La plupart sont à l’état sauvage. Deux d’entre elles sont principalement utilisées pour un usage commercial : Cyclopia intermedia et Cyclopia subternata. Certains honeybush commercialisés sont encore aujourd’hui récoltés en pleine montagne, à l’état sauvage. Ce processus long et difficile est de plus en plus souvent remplacé par une exploitation de plein champs sur des terrains moins accidentés.

Les buissons sont coupés au niveau du sol ce qui favorise une pousse plus riche en feuilles et contenant moins de tiges. Les feuilles sont ensuite découpées par des broyeuses mécaniques dans le but d’en accélérer la fermentation par la rupture cellulaire. C’est pendant ce processus que le honeybush acquiert sa couleur foncée.

Les feuilles sont ensuite placées en monticules de 5 mètres de diamètre pour 2 mètres de hauteurs et recouvert de bâches en tissu. Pendant 3 jours, la fermentation joue son rôle aidée par de fréquent retournement manuels, toutes les 12 heures environ.

Pour aller plus loin – Fermentation ou oxydation : comprendre la différence

Une fois le processus arrivé à son terme, les feuilles sont étalées en minces couches au soleil afin d’en stopper la fermentation. Cette phase dure 2 jours. Ensuite, on le tamise et on le conditionne.

Les feuilles sont triées en différents grades :

  • Extra fin : petit grains délicats
  • Fin : grains de plus grande taille
  • Corsé

La production mondiale est vraiment discrète. En 1997, 30 tonnes ont été produites. En 2004, on estime le volume à 300 tonnes seulement. Et seule une faible proportion est exportée en Europe.

Vertus et effets secondaires du honeybush

Le honeybush a été utilisée depuis très longtemps pour ses propriétés médicinales, principalement par une tribu locale, les Khoi. Il est utilisé de façon traditionnelle pour soigner la toux. Il contient effectivement du pinitol, un dérivé sucré qui est un expectorant. Cette molécule a également un effet positif sur le taux de glycémie. Il est également riche en divers antioxydants aux effets probables sur le taux de lipide dans le sang. Enfin, il contient des flavonoïdes de la classe des phytoœstrogènes utilisés dans le traitement des effets de la ménopause.

il renferme également en quantité non-négligeable :

  • de la vitamine C, du potassium et du magnésium, des isoflavones, des acides cinnamiques
  • des xanthones qui sont de puissant antioxydants qui régulent les radicaux libres
  • du fer, du manganèse, de l’azote, du zinc, du phosphore, du calcium principalement.

Des études menées en Afrique du Sud ont révélé que la consommation alternée de honeybush et de rooïbos aide les adultes et les enfants souffrant de colopathies, coliques et divers autres troubles gastriques. Une autre étude de 2014 indique que le honeybush, de même que le rooibos ont des effets bénéfiques sur le foie chez le rat de laboratoire et donc des effets bénéfiques sur l’apport l’oxydation hépatique.

Il atténuerait également les désagréments liés à la ménopause et stimulerait la lactation des jeunes mères allaitantes.

Une étude publiée semble indiquer que le honeybush, posé sous forme de cataplasme, sur des tumeurs possède également un effet bénéfique sur le cancer de la peau, effet observé sur des souris en laboratoire.

Comment boire et bien choisir son honeybush ?

L’infusion du honeybush est similaire à cette du rooibos. Comptez 10 minutes dans une eau à 90°C. Le honeybush a l’avantage de ne produire aucune amertume ni astringence lors de son infusion, même si celle-ci se prolonge. C’est une boisson qui ne contient ni caféine ni théine, ile est donc tout à fait possible, voire recommandé, d’en consommer le soir.

Pour un dosage optimal, comptez une cuillère à café de honeybush par tasse de 25 cl

Vous pouvez  réaliser divers types de boissons en y ajoutant des ingrédients complémentaires :

  • Honeybush à la menthe : quelques feuilles de menthe verte ou poivrée ou 1 goutte d’huile essentielle
  • Honeybush vanille et pâte d’amande : un quart de gousse de vanille, des morceaux de pâtes d’amande à faire directement infuser dans l’eau
  • Honeybush chocolat : en y ajoutant de la poudre de noisette, un carré de gruau de chocolat ou de l’écorce de cacao

Un bon honeybush se trouve à partir de 6 euros les 100 gr soit l’équivalent de 10 litres de tisane.

Recevez 5% de réduction sur votre première commande de thés et tisanes

J’en profite

Nos derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *