Comment dépenser moins pour faire chauffer son eau ?

par | 1 Sep 2015 | Développement durable

Gagner de l’argent à chaque fois qu’on se prépare un thé ? Oui, c’est possible. Porter l’eau à ébullition requiert une grande quantité d’énergie. C’est donc une source non-négligeable d’économie.

Choisir la meilleure façon de faire chauffer son eau

Pour économiser de l’énergie, on peut déjà choisir la meilleure façon de faire chauffer son eau. Les choix ne manquent pas : théière, micro-onde, gaz, induction… Difficile de les départager, beaucoup de facteurs rentrent en ligne de compte, notamment le déperdition de chaleur ou d’énergie etc…

L’autre technique consiste à ne chauffer que la quantité d’eau strictement nécéssaire pour préparer votre thé.  Avec une théière hélas, ce n’est pas toujours possible, il y a un niveau minimum de fonctionnement. Chauffer de l’eau qui restera refroidir dans la théière, c’est dommage.

Conserver son eau au chaud plus longtemps

Pour palier cela, j’ai posé un thermos à côté de la théière. Une fois l’eau nécéssaire chauffée et utilisée, je verse l’excédent dans la thermos. Elle reste ainsi au chaud jusqu’à 24 heures, largement assez long pour mon prochain thé en tout cas. J’économise ainsi une « rechauffe » de l’eau.

théière et thermos grisesEt pas peu fier, j’en profite pour dévoiler mon diplôme « Défi famille à énergie positive » qui récompense une belle économie de 11% d’électricité et de gaz sur un an grâce à quelques gestes de bon sens pour tenter de consommer moins : douches plus courtes, meilleure isolation des combles, rideau thermique devant la porte, baisse du chauffage en hiver de 19° à 18°C et donc maintenant cette – petite – astuce pour bien chauffer l’eau du thé 🙂

diplome défi famille à énergie positive

Guillaume Devaux

A propos de l'auteur

Guillaume Devaux est le fondateur du Paradis du Thé et formateur au Conservatoire National des Arts et Métiers. Il est par ailleurs rédacteur spécialisé dans le domaine de la santé et du développement personnel depuis plus de 20 ans. Il collabore régulièrement avec des médecins, kinésithérapeutes et hypnothérapeutes pour développer une vision globale du bien-être.

Ces articles pourraient vous intéresser