Les amateurs de thés fins et délicats vous le diront : rien de tel qu’une théière en argile de Yixing pour apprécier un grand thé. Pourquoi un tel engouement ? Qu’ont ces théières pour susciter une talle passion ? Suivez le guide…

theire-yixingYixing : des théières qui se souviennent
Les théières en terre de Yixing ont la particularité de se culotter avec le temps. Ce matériaux très poreux qu’est l’argile de Yixing favorise un dépôt de tanins au fil des infusions. Petit à petit, la théière de Yixing va donc “mémoriser” les arômes et les saveurs des thés. On réservera donc une seule famille de thé à chacune de ces théières, voire même un seul thé pour les puristes.

Inconvénient : à ce rythme, il faudrait donc une thèière par type de thé, prévoyez un peu de place et un budget conséquent.

Avantages : il y a une vraie amélioration gustative au fil du temps avec la création d’une saveur plus riche. J’ai déjà eu l’occasion de le constater, la différence de goût entre un thé infusé dans une théière standard et une théière de Yixing est notable.

Quels thés pour du Yixing ?
On réservera les théières de Yixing pour les thés noirs et éventuellement certains Wulong, riches en tannins et qui exigent des températures de préparation plus élevées. En effet, l’argile de Yixing est riche en fer ce qui forise une dissipation progressive et durable de la chaleur.

Le prix d’une théière Yixing varie de 20 à plusieurs milliers d’euros. Bien sûr, certains véritables objets d’art peuvent se vendre des milliers d’euros. Au temps jadis, les amateurs passionnés pouvaient dépenser un fortune pour acquérir une théière de Yixing culottée par un grand maitre du thé.

Entretien d’une théière Yixing
Pour préserver une telle qualité, il convient de bien entretenir sa théière. On commencera donc dès la première utilisation à faire une infusion « à blanc », que l’on ne boira pas, avec le thé de son choix (qui déterminera le caractère des thés à venir) et que l’on laissera plusieurs heures dans la théière jusqu’à ce qu’elle se refroidisse.

Ensuite avant chaque utilisation on se contentera de l’ébouillanter avant d’y verser les feuilles de thé, puis on la laissera sécher à l’air libre. Pas question d’utiliser des détergents non plus. Les dépôts sont nos amis dans ce cas de figure.

Un peu d’histoire et de géographie à propos des théières de Yixing
L’argile de Yixing est produit dans la région de Jiangsu en Chine. Son usage remonte aux années 960 – 1279 sous la dynastie Song. On retrouve des traces des premières exportations vers l’Europe à partir du 17ème siècle.

Bien que le terme Yixing permette de désigner de façon générale les théière en argile de couleur rouge ou brune produite dans cette région, il faut distinguer des sous-catégories argileuses :
– Zisha : l’argile violette
– Zhusha ou Zhu Ni : argile de cinabre, c’est à dire de couleur vermillon, rouge brun avec une forte teneur en fer. Aujourd’hui disponible en très petite quantité, les mines arrivant à épuisement.
– Duan Ni : désigne un mélange de diverses argiles et matériaux pour obtenir des teintes bleues, vertes ou beiges.

Le processus de fabrication de l’argile de Yixing est très méticuleux. La terre est extraite des veines stratifiées – situées en général à une belle profondeur dans le sol.
Cette terre est étendue sur le sol sous forme de grandes dalles qui séchent à l’air libre au soleil. Les blocs sont ensuite pulvérisés en fines particules qui sont tamisées. Seules les plus fines sont conservées. Cette poudre est ensuite mélangée à de l’eau dans un mixeur qui évacue les moindres bulles d’air.

A l’origine, les théière en argile de Yixing étaient fabriquées en vue de long voyage ce qui explique leur apparence simple et leur taille souvent plus modeste. Ce n’est que vers le 18ème siècle sous l’essor de la demande occidentale que des formes plus exotiques ont été réalisées par les artisans.

Pin It on Pinterest