Parlons détox : ce qu’en dit vraiment la science

par | 7 Juin 2022 | Actualité du thé

jeune femme mesure son tour de taille lors d'une détox

A l’approche de l’été, quand les doudounes enveloppantes retournent au placard, nous sommes nombreux à découvrir avec effroi quelques kilos de trop sournoisement cachés.

Vient alors la quête de la solution rapide pour retrouver un summer body dans le but de pouvoir enfiler à nouveau son maillot de bain préféré.

La meilleure solution consiste à manger équilibré, à boire de l’eau, à pratiquer une activité physique régulière.

On voit aussi apparaitre dans les magazines où sur les réseaux sociaux des invitations à pratiquer la fameuse détox.

Derrière ce mot valise se cachent de nombreux concepts qui tournent autour de la minceur. La détox serait un moyen de nettoyer l’organisme de toxines accumulées. Objectif : améliorer son métabolisme, retrouver de l’énergie, perdre du poids.

Nous avons voulu savoir si ce concept avait une réalité scientifique. Voilà le résultats de nos recherches.

Qu’est-ce qu’une détox ?

Le mot détox désigne généralement des régimes alimentaires spécifiques. Leur but théorique : éliminer les toxines de l’organisme ou améliorer la santé.

Les programmes de « désintoxication » se décomposent en différentes pratiques qui sont parfois combinées :

  • jeûne
  • mono-diète : boire ou manger uniquement un type d’aliment
  • régime au sens strict : pratiquer une restriction calorique et ne manger que certains aliments
  • utilisation de plantes médicinales
  • sauna, masques, bains divers…

Les bienfaits supposés d’une détox

Les bienfaits théoriques d’une détox sont :

  • une stimulation du foie pour l’aider à se débarrasser des toxines.
  • l’élimination des toxines par les selles, l’urine et la sueur
  • une meilleure circulation sanguine.

Les thérapies de désintoxication sont le plus souvent recommandées en raison d’une exposition potentielle à des produits chimiques toxiques dans l’air ou dans l’alimentation. Il s’agit notamment de polluants, de produits chimiques synthétiques, de métaux lourds et d’autres composés nocifs.

Que dit la recherche scientifique sur les « détox » ?

En fait, elle n’en dit pas grand chose.

Le Département Américain de la Santé est très clair sur ce point.

Il n’y a eu qu’un petit nombre d’études sur les programmes de « désintoxication » chez l’homme.

Certaines études ont montré des résultats positifs sur la perte de poids et de graisse, la résistance à l’insuline et la pression artérielle. Ces études sont toutefois de faible qualité et unanimement rejetées par la communauté scientifique car peu probantes.

Une meta-analyse publiée en 2015 a conclu qu’il n’y avait pas de recherche convaincante sur les régimes « détox » pour la gestion du poids ou l’élimination des toxines du corps (1).

Ne pas confondre détox et rééquilibrage de vie

Il existe de nombreuses façons de faire un régime de désintoxication, allant du jeûne total de famine à des modifications alimentaires plus simples.

La plupart des régimes de désintoxication impliquent au moins l’une des méthodes suivantes (2) :

  • Jeûner pendant 1 à 3 jours.
  • Boire des jus de fruits et de légumes frais, des smoothies, de l’eau et du thé.
  • Éliminer les aliments riches en métaux lourds, en contaminants et en allergènes.
  • Prendre des suppléments ou des herbes.
  • Faire de l’exercice régulièrement.
  • Eliminer complètement l’alcool, le café, les cigarettes et le sucre raffiné.

Ces pratiques sont largement documentées pour leur bienfaits aussi il est très fortement probable qu’elles soient bénéfiques. C’est la notion de nettoyage et de détox qui n’est à ce jour scientifiquement pas prouvée.

👉  Existe-il vraiment des tisanes minceur ? On fait le point sur la question ici

Quelles sont ces toxines qui s’accumulent dans l’organisme ?

Peu d’éléments tangibles prouvent que les régimes de désintoxication éliminent les toxines du corps. Il est de plus capable de se nettoyer lui-même par le biais du foie, des selles, de l’urine et de la sueur.

Il est toutefois exact que certains produits chimiques ne sont pas aussi facilement éliminés par ces processus biologiques, notamment les polluants organiques persistants, les phtalates, le bisphénol A et les métaux lourds (3)(4).

Ces substances ont tendance à s’accumuler dans les tissus adipeux ou dans le sang et peuvent mettre très longtemps – voire des années – à être éliminées par votre organisme (5).

Le problème est qu’il y a peu de preuves que les régimes détox aident à éliminer ces composés.

👉  Quelle tisane pour éliminer l’acide urique ? Une liste ici

Les bienfaits des régimes détox

Mettre en place un rééquilibrage alimentaire, augmenter la part de fruits et de légumes dans son alimentation, arrêter de fumer, se déplacer en vélo plutôt qu’en voiture… Il est clair que ces bonnes pratiques permettent de se sentir en meilleure forme.

De même, le jeûne à court terme peut améliorer divers marqueurs de maladie chez certaines personnes, notamment en améliorant la leptine et la sensibilité à l’insuline (8). Cependant, ces effets ne s’appliquent pas à tout le monde.

Toxines et perte de poids : une relation à prouver

Très peu d’études scientifiques ont examiné l’impact spécifique des régimes de désintoxication sur la perte de poids (6).

Par exemple, en Corée, une étude menée auprès de femmes en surpoids a examiné le régime détox à base de citron et sirop d’érable exclusif pendant sept jours.

Ce régime a permis de réduire de manière significative le poids corporel, l’IMC, le pourcentage de graisse corporelle, le rapport taille-hanche, le tour de taille, les marqueurs d’inflammation, la résistance à l’insuline et les niveaux de leptine circulante (7).

Mais les chercheurs concluent eux-mêmes que cette détox au citron réduit la graisse et la résistance à l’insuline en raison de la restriction calorique mise en oeuvre.

Les avantages induit par un régime détox

On parle d’avantage induit car c’est une conséquence directe d’une bonne hygiène de vie et pas d’une élimination de toxine.

Parmi ces avantages :

  • Éviter les sources alimentaires de métaux lourds
  • Perdre un excès de graisse
  • Faire de l’exercice
  • Manger des aliments complets, nutritifs et sains
  • Éviter les aliments industriels transformés
  • Boire de l’eau et du thé vert
  • Pratiquer des exercices de détente et de méditation pour réduire le stress

Le Département de la Santé américains précise que certains programmes de jeûne tels que « le jeûne intermittent et le jeûne périodique font l’objet de recherches pour la promotion de la santé, la prévention des maladies, l’amélioration du vieillissement et, dans certains cas, la perte de poids. ».

Les inconvénients et risques

Le jeûne ou une restriction calorique sévère peut entraîner de la fatigue, de l’irritabilité et une mauvaise haleine. Le jeûne à long terme peut entraîner des carences en énergie, en vitamines et en minéraux, ainsi qu’un déséquilibre électrolytique (9).

Certains régimes détox peuvent présenter un risque de surdosage en suppléments, laxatifs, diurétiques et même en eau.

Certaines personnes ne devraient pas commencer un régime quel qu’il soit sans consulter d’abord un médecin.

Études citées

(1) Klein AV, Kiat H. Detox diets for toxin elimination and weight management: a critical review of the evidence. J Hum Nutr Diet. 2015 Dec;28(6):675-86. doi: 10.1111/jhn.12286. Epub 2014 Dec 18. PMID: 25522674. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25522674/

(2) Allen J, Montalto M, Lovejoy J, Weber W. Detoxification in naturopathic medicine: a survey. J Altern Complement Med. 2011 Dec;17(12):1175-80. doi: 10.1089/acm.2010.0572. Epub 2011 Nov 21. PMID: 22103982; PMCID: PMC3239317. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22103982/

(3) Genuis SJ. Elimination of persistent toxicants from the human body. Hum Exp Toxicol. 2011 Jan;30(1):3-18. doi: 10.1177/0960327110368417. Epub 2010 Apr 16. PMID: 20400489. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20400489/

(4) Jones KC, de Voogt P. Persistent organic pollutants (POPs): state of the science. Environ Pollut. 1999;100(1-3):209-21. doi: 10.1016/s0269-7491(99)00098-6. PMID: 15093119. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15093119/

(5) Yaginuma-Sakurai K, Murata K, Iwai-Shimada M, Nakai K, Kurokawa N, Tatsuta N, Satoh H. Hair-to-blood ratio and biological half-life of mercury: experimental study of methylmercury exposure through fish consumption in humans. J Toxicol Sci. 2012 Feb;37(1):123-30. doi: 10.2131/jts.37.123. PMID: 22293416. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22293416/

(6) Klein AV, Kiat H. Detox diets for toxin elimination and weight management: a critical review of the evidence. J Hum Nutr Diet. 2015 Dec;28(6):675-86. doi: 10.1111/jhn.12286. Epub 2014 Dec 18. PMID: 25522674. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25522674/

(7) Kim MJ, Hwang JH, Ko HJ, Na HB, Kim JH. Lemon detox diet reduced body fat, insulin resistance, and serum hs-CRP level without hematological changes in overweight Korean women. Nutr Res. 2015 May;35(5):409-20. doi: 10.1016/j.nutres.2015.04.001. Epub 2015 Apr 10. PMID: 25912765. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25912765/

(8) Laaksonen DE, Kainulainen S, Rissanen A, Niskanen L. Relationships between changes in abdominal fat distribution and insulin sensitivity during a very low calorie diet in abdominally obese men and women. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2003 Dec;13(6):349-56. doi: 10.1016/s0939-4753(03)80003-0. PMID: 14979681. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/14979681/

(9) Johnstone AM. Fasting – the ultimate diet? Obes Rev. 2007 May;8(3):211-22. doi: 10.1111/j.1467-789X.2006.00266.x. PMID: 17444963. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17444963/

thé noir baies

Recevez 5% de réduction sur votre première commande de thés et tisanes

J’en profite

Nos derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.