Le thé et ses couleurs. Il y a de quoi y perdre son latin. Autant le thé vert ou le thé noir sont faciles à identifier, autant la mention du “thé bleu”, thé thé jaune ou du thé blanc à de quoi faire soulever un sourcil. Et pour cause : même en les regardant de très près ces thés n’ont pas vraiment la couleur correspondante. Aujourd’hui, nous nous intéressons au thé bleu, aussi appelé oolong ou wulong.

Qu’est ce que le thé bleu aussi appelé oolong ?

Un oolong est un thé dont l’oxydation est incomplète. Elle a été interrompue pendant le processus. C’est un thé dont l’oxydation se situe à mi-chemin entre un thé noir, complètement oxydé et un thé vert qui ne l’est presque pas. On va souvent parler de oolong oxydés à X%, ce taux se situe généralement entre 10% et 80%.

Pour en savoir plus sur l’oxydation du thé, lisez cet article complet sur le sujet.

Pourquoi le Oolong est-il aussi appelé “thé bleu” ?

Les chinois appellent le oolong thé bleu en référence à la couleur des feuilles au moment de l’infusion qui ont un léger reflet bleu-vert.

Le mot Oolong signifie « dragon noir » et il découlerait d’une légende – peu crédible – chinoise qui raconte qu’un planteur vit surgir un dragon noir d’un théier dont les feuilles révélèrent un parfum unique, c’était du oolong.

Où est produit le thé bleu ?

Le thé bleu est une spécialité du Fujian en Chine et il a fait la réputation des thés de la région du centre de Taiwan et dans une moindre mesure du nord de la Thaïlande.

Les thés bleus les plus célèbres de Chine sont le Tie Guan Yin et le Da Hong Pao, La région de production est magnifique avec les célèbres Monts WuYi qui sont aussi un site touristique mondialement connu désormais. Ces thés bleus sont classés comme des grands crûs.

À Taïwan, la quasi totalité de la production de thé est du oolong. Seulement 15 % de la production est exportée. Le district de Nantou produit majoritairement des oolongs en perles, notamment le Dongding à Lu Gu et le Gao Shan Cha dans les montagnes Shan Lin Xid.

On trouve aussi d’excellents thés bleus en provenance du Népal, la Tanzanie ou le Malawi ou encore l’Indonésie.

Comment est fabriqué le thé bleu ?

Le thé bleu oolong est fabriqué comme tous les thés à partir de feuilles de théiers Camellia Sinensis.
La cueillette des feuilles est effectuée lorsque celles-ci sont à un stade un peu plus avancé que celui de la jeune pousse.

Elles sont ensuite flétries pendant quelques heures étape durant laquelle elles sont régulièrement retournées. Les feuilles de thé sont ensuite placées sur des claies dans une pièce entre 20 °C et 25 °C à humidité constante. Un artisan maître du thé procède à des contrôles visuels et olfactifs pour suivre le déroulement de l’oxydation jusqu’au niveau souhaité.

Pour interrompre l’oxydation, les feuilles sont ensuite torréfiées pendant quelques minutes avant d’être roulées selon diverses techniques (poêle, tampons, pinceaux…). Une fois roulées, les feuilles sont séchées à 100 °C pendant une vingtaine de minutes jusqu’à atteindre un taux d’humidité dans les feuilles de 5% environ.

Quel est le goût du thé oolong ?

Un thé bleu oolong offre véritablement un caractère gustatif différent des autres thés. On obtient des notes légèrement boisées, de noisettes, de miel de marron chaud… Un thé très automnal en fait avec une grande douceur et peu voire pas du tout d’amertume.

Selon le degré d’oxydation des feuilles, un thé bleu oolong révèle aussi une palette de saveurs bien différentes. Plus la torréfaction est longue (et selon la méthode choisie et la source de chaleur, feu de bois, gaz, électrique etc…) plus le thé va dévoilé des notes de fruits à coques ou boisées.

Un thé oolong est souvent constitué de feuilles roulées sous forme de petites perles de quelques millimètres de diamètre. Les feuilles peuvent aussi être froissées comme pour un Bao Zhong.

Comment bien préparer un thé bleu wulong ?

Choisissez une eau de source en bouteille. Portez-là à ébullition soit environ 100°C et versez là directement sur les feuilles. L’infusion d’un oolong peut aller jusqu’à 7 minutes selon votre goût. Faites des essais en commençant à 3 min puis en augmentant progressivement.

Comme pour un thé japonais, vous pouvez effectuer une seconde infusion voire une troisième selon la durée de vos infusions préalables. Le goût sera différent à chaque fois.

Pour la quantité de feuille à faire infuser, comptez environ 10 g de thé pour 1 litre d’eau soit 2 g de oolong pour une tasse de 200 ml.

Le thé bleu oolong est réputé pour sa faible teneur en caféine, vous pouvez donc en boire jusqu’à une heure relativement tardive.

Les différents types de wulong

Un wulong de chine possède une oxydation jusqu’à 25% (mais difficile e faire une généralité tant il y en a). Les bords des feuilles sont légèrement bruns avec un coeur de feuille d’un vert profond. Le résultat gustatif est souvent très gourmand avec des notes beurrées et des arômes floraux.

Un thé bleu de Taiwan (aussi appelé Formose) sera généralement oxydé jusqu’à 80% La liqueur sera plus ambrée avec un goût plus boisée voire des notes de cuir, de noisette, de marrons. c’ets un thé bien plus proche d’un thé noir sans l’être totalement.

Il faut aussi évoquer le milky oolong, un thé semi-oxydé à la saveur naturelle de lait. C’est un thé vraiment saisissant qui mérite d’être dégusté au moins une fois dans sa vie. Il est crémeux et possède un gout très prononcé.

Enfin, Taiwan propose un oolong fermenté, sur le modèle des Pu Er. Certains oolong de qualité supérieure sont conservés jusqu’à 50 ans en cave. Avec le temps, les thés se gorgent d’humidité, fermentent et sont donc torréfiés à nouveau tous les 1 à 3 ans pour contrôler cette fermentation. Ils développent des notes fruitées et minérales très caractéristiques.

Attention à ne pas confondre le thé bleu oolong et le thé bleu Clitoria ternatea

Alors que le oolong est un thé issu de la plante camellia sinensis, son homonyme est issus de la plante Clitoria ternatea également appelée pois bleu papillon. Une infusion de cette fleur a pour effet de produire un liquide d’un bleu profond.

Ce thé bleu provient donc d’une infusion de pétales de pois bleu papillon. Cette fleur appartient à la famille des Fabacées. Elle est originaire de l’Ile de Ternate en Indonésie. Cette plante est principalement utilisée pour colorer des aliments ou des vêtements en Indonésie, en Thaïlande et Malaisie.. et pour réhausser certaines boissons exotiques.

Particularité amusante : ajouter quelques gouttes de jus de citron à cette décoction transforme la couleur bleue en couleur violette en quelques secondes. Le goût n’a que peu d’intérêt pour cette tisane récréative.

Pin It on Pinterest