Le thé vert est depuis des millénaires un ingrédient essentiel de la médecine traditionnelle chinoise. De nombreuses études scientifiques confirment aujourd’hui tous les bienfaits du thé vert pour la santé. Chaque année, de nouvelles découvertes viennent allonger la liste de ses vertus et nous ne sommes probablement pas au bout de nos surprises. Cet article complet vise à proposer une liste exhaustive des vertus du thé vert en 2019.

Pourquoi le thé vert est-il bénéfique ?

Le thé vert contient de nombreux éléments actifs ayant des effets positifs sur l’organisme. Les principaux nutriments régulièrement mis en exergue par la communauté scientifique sont les flavonoïdes, l’acides aminé L-Theanine, la caféine, l’acide gallique et du fluor.

Les flavonoïdes du thé

Le thé vert contient plusieurs flavonoïdes différents. Les plus importants sont les catéchines. Une tasse de thé vert contient entre 150 et 300 mg de catéchines.

On distingue 4 molécules de catéchines distinctes :

  • l’épicatéchine
  • l’épigallocatéchine
  • l’épicatéchine gallate
  • l’épigallocatéchine gallate (la plus active des 4)

Les flavonoïdes auraient des actions antioxydantes et anti-inflammatoires, avec un effet préventif sur le cœur et le cerveau. De nombreuses expériences (culture cellulaire ou animaux) ont montré un effet direct des flavonoïdes sur la paroi interne des vaisseaux sanguins, avec une augmentation des facteurs vasodilatateurs. Les flavonoïdes agiraient aussi par le biais d’inhibition de certains gènes avec pour conséquence  un effet anti-inflammatoire notable.

La théanine du thé

La théanine (ne pas confondre avec la théine) est un acide aminé. Elle a un effet sur le cerveau. Elle induit une réduction du stress mental et physique et produit un effet relaxant. La théanine semble capable d’augmenter la concentration de sérotonine, de dopamine, les fameuses “hormones du bonheur”.

Il faut savoir que la théanine n’est présente que dans le thé et dans un champignon (Xerocomus badius).

Un Gyokuro contient environ 2,5 gr de théanine pour 100 gr de feuilles. UN sencha du Japon en contient 1 gr. Un Darjeeling en contient 1,5 gr environ.

Cette teneur en L-théanine est importante car elle influence le goût du thé.
Elle contribue en effet au goût umami en agissant comme un exhausteur de goût. Le Gyokuro qui en est riche possède en effet un umami prononcé aisément reconnaissable.

L’acide gallique et le thé

L’acide gallique est un composé organique aromatique.  Il est présent dans le thé à hauteur de 0,7 mg/100ml. A titre de comparaison, l’endive verte en contient beaucoup plus, soit environ 26 mg/100 g.

L’acide gallique possède des effets bénéfique sur la santé. C’est un antiviral, un antifongique et un antioxydant capable de piéger les radicaux libres.

L’acide gallique possède une activité cytotoxique ciblée contre les cellules cancéreuseset aurait une activité anti-virale notamment contre le virus de l’herpès HSV-2.

La caféine du thé

La caféine du thé, aussi appelé théine, a un effet notoire sur l’énergie physique et mentale. Les différents types de thés verts possèdent des niveaux de caféines très différents qui varient selon de nombreux facteurs (période de récolte, maturité des feuilles etc.)

Le thé vert et la flore intestinale

Une consommation régulière de thé vert favorise une meilleure flore intestinale. La flore bactérienne intestinale à une grande influence sur la santé. Elle modifie la façon de digérer les aliments et influence grandement le système immunitaire dans son ensemble. Des études pointent du doigt une relation étroite entre une flore intestinale dégradée et diverses pathologies : brûlures d’estomac, surpoids, allergies…

Ainsi, il est admis qu’une alimentation riche en fibres et en végétaux crus peut prévenir les cas de diverticules, une anomalie du colon ainsi que les colites ulcéreuse, la maladie de Crohn… La consommation régulière de thé vert combinée à une alimentation riche en fibres est donc bénéfique.

Thé vert et taux de sucre dans le sang

Le taux de glycémie représente la quantité de sucre circulant dans votre sang. Des pics répétés de taux de sucre dans le sang – en raison d’une alimentation trop sucrée – déséquilibrent le pancréas qui devient insensible. L’excès de sucre dans le sang n’étant plus correctement métabolisé, il est stocké sous forme de graisse.

Une étude menée sur des souris, suggère que l’EGCG permet de seconder l’insuline en situation d’apports trop élevés en fructose mais aussi de contribuer à la santé cognitive. La fédération des diabétiques français indique que l’épigallocatéchine 3 gallate (l’EGCG du thé) peut jouer un rôle important dans la réduction des pics de glycémie.

Des scientifiques viennent en effet de démontrer que l’absorption de cette molécule (l’équivalent d’une tasse et demi de thé vert) consommée en même temps que des aliments riches en amidon, réduit le pic de glycémie survenant après le repas. La réduction la plus forte (de l’ordre de 50%) est obtenue quand l’EGCG est absorbée avec de l’amidon de maïs.

Le thé vert aurait également un effet sur la glycémie en raison des catéchines qui augmentent l’activité des récepteurs cellulaires et qui favorisent l’entrée du glucose dans les cellules, ce qui abaisse le taux de glycémie.

Une autre étude suggère que boire du thé permettrait  de limiter l’apparition de diabète de type 2 en régulant le glucose sanguin. Les chercheurs de l’Université de Hokkaido au Japon ont remarqué que le thé  à un effet stabilisateur de la glycémie. Pour l’heure l’étude se limite néanmoins aux rats.
L’analyse des composants du thé indique que certains polyphénols inhibent certaines enzymes (alpha-amylase et alpha-glucosidase) responsables de l’augmentation du taux de sucre dans le sang.

Le thé vert contre les cancers du tube digestif

Des chercheurs ont publié des travaux dans The American Journal of Clinical Nutrition. Ils ont étudié  la qualité du thé consommé par 75 000 femmes chinoises qui participent à une vaste enquête sanitaire. Selon cette étude, boire du thé, en particulier du thé vert, réduirait les risques de certains cancers du tube digestif, notamment ceux de l’estomac, de l’œsophage et du côlon. Après 11 ans de suivi, les chercheurs ont observé que boire régulièrement du thé vert réduirait de 17% le risque de tumeurs digestives.

Le thé contient en effet des polyphénols qui pourraient inhiber le développement d’un cancer et bloquer les lésions de l’ADN cellulaire. Les catéchines, et surtout l’ECGC préviennent la formation de radicaux libres et peuvent contribuer à réguler le stress oxydatif.

Boire du thé vert pour lutter contre l’hypertension

Le thé vert est un hypotenseur naturel capable donc de faire baisser la tension artérielle. Une étude publiée dans la célèbre revue Nutrition indique que des extraits de thé vert seraient capable de faire baisser la tension artérielle et auraient une action anti-inflammatoire.

Des scientifiques de l’Université de Floride aux Etats-Unis et de l’Ecole Médicale d’Harvard ont mené cette étude auprès de 124 personnes de 29 ans en moyenne. Ils ont reçu un complément à base d’un extrait de thé vert. Résultat : après 3 semaines, leur pression artérielle a diminué, de même que leur taux de cholestérol. Un effet positif a également été enregistré sur l’inflammation grâce à des marqueurs tels que le malondialdhyde et l’amyloïde-alpha, en diminution.

Le thé vert serait capable de modifier l’expression des gènes

De nombreuses études scientifiques indiquent que l’alimentation serait capable de modifier notre patrimoine génétique. Selon l’épigénétique, une discipline en plein essor, notre comportement agit sur la façon dont nos gènes s’expriment.

Selon les travaux des chercheurs de l’université Uppsala, située en Suède, il semblerait que les effets du thé puissent aller jusqu’à modifier la façon dont l’ADN s’exprime… mais uniquement chez les femmes. Selon les chercheurs, les composés du thé protègent l’organisme grâce à des modifications chimiques qui activent ou désactivent les gènes. Les scientifiques ont observé des changements génétiques chez les femmes habituées à consommer du thé. 28 zones génétiques impliquées dans le cancer et dans le métabolisme de l’œstrogène sont ainsi concernées.

La caféine du thé améliore les performances sportives et la reconstruction musculaire

Une étude scientifique a démontré que la caféine améliore notablement les performances sportives. Elle permet aux sportifs d’endurance d’aller plus vite et de maintenir cette allure plus longtemps. L’ingestion de 3 à 9 mg de caféine par kilo de masse corporelle une heure avant la séance de sport améliore l’endurance. C’est l’équivalent de la quantité de caféine contenue dans une grande tasse de thé.

Par ailleurs, des chercheurs ont suivi pendant un mois et demi des hommes en bonne santé à qui ils ont administré chaque jour 4 tasses de thé. Ils ont ensuite mesuré leur taux de cortisol 50 minutes après un test d’effort. Celui-ci avait chuté de 50 %, soit 2 fois plus que la baisse « normale » généralement constatée. Ainsi, une consommation de thé noir favorise la reconstruction musculaire en réduisant plus rapidement le taux de cortisol.

Des chercheurs ont également étudié l’effet d’un supplément quotidien de thé vert, contenant 650 mg de polyphénols sur 35 hommes sédentaires suivant un entraînement sportif avancé. Après un mois, la teneur en polyphénols de leur sang  et leur capacité antioxydante totale s’était améliorée. Ils constatent également une diminution significative des radicaux libres produits lors des séances de sport. De plus, l’activité de la créatine kinase, un marqueur enzymatique des dommages musculaires, diminue plus rapidement après la consommation de thé vert.

Boire du thé avant le sport favorise la perte de poids

Selon les résultats d’une étude scientifique anglaise, les taux moyens d’oxydation de la graisse suite à une activité physique modérée sont 17% supérieurs après ingestion d’extraits de thé vert qu’après l’ingestion d’un placebo.

Le thé vert : un allié précieux pour la santé bucco-dentaire

Le thé vert offre de nombreux atouts pour préserver votre capital dentaire. Le thé vert réduit les bactéries, l’acidité de la salive et la plaque dentaire, ce qui en fait un allié précieux dans la prévention des caries. Une récente étude réalisée en Égypte a montré qu’après un rinçage de cinq minutes avec du thé vert, les sujets présentaient moins de bactéries et d’acide buccaux ainsi que des saignements des gencives diminués.

Les propriétés anti-inflammatoires du thé vert aident à limiter les maladies des gencives. Une étude japonaise menée auprès de 1000 individus a démontré que ceux qui buvaient régulièrement du thé vert avaient des gencives plus saines que ceux qui n’en buvaient pas. Une étude allemande est arrivée à des résultats similaires avec des personnes ayant mâchées des bonbons aux extraits de thé vert.

Une autre étude japonaise réalisée en 2010 indique que les hommes et les femmes qui boivent une ou plusieurs tasses de thé vert par jour étaient susceptibles de conserver leurs dents plus longtemps que la moyenne.

Enfin, les polyphénols contenus dans le thé pourraient contribuer à résorber la mauvaise haleine, en inhibant le développement bactérien. Ainsi, suite à la consommation d’une tasse de thé vert, les études ont montré une forte réduction de la concentration en composés sulfurés volatils dans l’air expiré. De façon plus générale, le thé vert est riche en fluor et contribue ainsi à une meilleure santé bucco-dentaire.

Grossesse et thé vert

La caféine stimule le système nerveux de la femme et du fœtus. Prise en trop grande quantité, elle peut provoquer des palpitations, de la nervosité et perturber le sommeil. La grossesse peut aussi rendre la femme enceinte plus sensible aux effets de la caféine. Par ailleurs, une consommation excessive de caféine accroît le risque d’avortement spontané (appelé aussi fausse couche) et de naissance prématurée.

Le thé n’est pas déconseillé  à condition d’en limiter sa consommation et de ne pas dépasser 300 mg de caféine par jour, peu importe sa provenance. A titre informatif,  une tasse de 250 ml de thé vert en contient 30 mg. Ainsi, il convient de ne pas boire plus de 10 tasses de thé vert par jour, soit tout de même l’équivalent de 2,5 litre de thé vert.

Thé vert et acné

Parmi les bienfaits du thé vert, certain sont plus inattendus. Des expériences en laboratoire réalisées par des chercheurs japonais ont déterminé qu’un antioxydant présent en grandes quantités dans le thé vert, l’EGCG, bloque le processus biochimique de formation des boutons d’acné. Une crème à base de thé vert se révèle aussi efficace dans le traitement de l’acné que certains médicaments.

Une crème contenant 3 % d’extraits de thé vert a obtenu des résultats similaires à une crème contenant 4 % de peroxyde de benzoyle, le composé actif des médicaments couramment utilisés dans des cas d’acné. La crème de thé vert aurait de plus causé moins d’effets secondaires : peau sèche, démangeaisons…

Thé vert et virus Zika

Le virus Zika est principalement transmis à l’Homme par la piqure d’un moustique Aedes aegypti infecté.  Un groupe de chercheurs de la Sao Paulo Research Foundation au Brésil a découvert que l’EGCG a la capacité d’inhiber la pénétration du virus Zika dans une cellule hôte. Cette découverte a été publiée en septembre 2016 dans le journal de Virologie.

Le thé vert pour une meilleure densité osseuse des femmes

Le journal « Critical reviews in food science and nutrition » rapporte qu’une consommation régulière de thé vert impliquerait une meilleure densité minérale osseuse. De nombreuses études épidémiologiques indiquent une forte corrélation entre la consommation de thé à raison de 1 à 3 tasses par jour et cette densité osseuse. Il se pourrait que les flavonoïdes contenus dans le thé agissent comme des oestrogènes et bloquent la sécrétion d’osteoclastes responsables de la détérioration osseuse.

Thé vert et mémoire

Une étude publiée dans Nutritional Neuroscience indique qu’en 30 minutes, le thé a un effet stimulant sur le cerveau et la mémoire en particulier. Les chercheurs de l’université de Newcastle ont mesuré les ondes cérébrales de buveurs de thé au moyen d’un électroencéphalogramme. L’analyse montre une augmentation des ondes thêta seulement 30 min après la consommation de thé. Ces ondes sont associées à la mémoire, l’activité cognitive et la concentration. De façon moins marquée, mais toujours notable, on a aussi observé une augmentation des ondes alpha et bêta une heure après la prise du thé.

Le thé vert japonais contre les mycoses

Le thé vert Japonais, en particulier le Bancha, présente en effet un puissant effet anti-acide et antifongique.  Le thé vert est efficace contre les mycoses car il contribue au renforcement immunitaire. Il peut être utilisé en application locale sous forme de cataplasme ou en lavement en complément d’un traitement médical approprié. Le thé vert Bancha est particulièrement approprié contre les champignons de la peau. Il est recommandé de laver la zone concernée plusieurs fois par jour (3 ou 4 fois) avec du Bancha infusé assez longuement et tiède.

Le thé vert vert : une arme contre le cancer

Dans une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, les chercheurs ont observé que les femmes qui consomment le plus d’aliments riches en flavonols et en flavanones ont moins de risque de développer un cancer de l’ovaire. En particulier, la consommation de deux tasses de thé par jour est associée à une baisse du risque de 31%.

Une autre étude, publiée par des chercheurs de Singapour dans la revue Nature Nanotechnology, montre qu’une molécule spécifique du thé vert combinée avec un médicament anti-cancer donne de meilleurs résultats pour le traitement du cancer chez les souris. Cette molécule est  encore une fois  la fameuse l’EGCG. Les chercheurs ont élaboré un nanocomplexe en associant des molécules d’EGCG (pour jouer le rôle de transporteur) et des protéines anti-cancer d’herceptine. Une fois inoculé aux souris, ce complexe se révèle plus efficace dans sa lutte contre le cancer. Le transporteur issu du thé vert est plus facilement accepté par l’organisme. Plus stable, il améliore les chances de réussite de l’herceptine.

Thé et santé cardiaque

Une étude, publié en août 2014 lors du congrès européen de cardiologie, a été menée par des médecins de l’Hôpital Georges-Pompidou. Des volontaires âgés de 18 à 95 ans ont passé un bilan de santé entre janvier 2001 et décembre 2008. On leurs demandait entre autres leur niveau de consommation de thé et de café. Résultat de l’étude : les buveurs de thé présentent un risque cardiovasculaire plus faible que les non-consommateurs et le taux de tabagisme diminue également avec la consommation de thé (34% des non-buveurs contre 29% des gros consommateurs de thé).

La consommation de thé s’accompagne d’une réduction de 4-5 mm Hg de la pression artérielle systolique et de 3 mmHg de la pression artérielle diastolique chez les grands consommateurs de thé par rapport aux non-buveurs. Finalement, il apparait que les consommateurs de thé ont une mortalité non-cardiovasculaire réduite de 24%.

Le thé vert efficace contre l’athérosclérose

L’athérosclérose est une maladie touchant les artères de grosse et moyenne taille qui se caractérise par l’apparition de plaques d’athérome. Selon une étude récemment publiée, l’epigallocatechin-3-gallate (EGCG) contenue dans le thé vert est capable de dissoudre les plaques d’athérome dans les vaisseaux sanguins. Ces plaques réduisent le flux sanguin vers le coeur et le cerveau, avec un risque important d’AVC ou de crise cardiaque.

Les chercheurs de l’université de Lancaster en Angleterre se sont penchés sur les effets de l’EGCG déjà largement connu pour ses effets bénéfiques sur le cancer du sein, les leucémies ou les maladies cardiovasculaires. Leur étude (10) a identifié le processus par lequel les molécules de EGCG arrivent à dissoudre les plaques de protéines dans le sang. L’EGCG est capable de dissoudre les agglomérats de protéines d’amyloïd en plus petites particules qui peuvent être éliminées par l’organisme de façon naturelle.

On surnomme déjà l’EGCG « la molécule magique » et cette étude semble pousser dans cette voie. En effet, la seconde conclusion de cette étude, et c’est un cas tout à fait unique, est qu’il serait possible d’élaborer une médicament à base d’EGCG, plus spécifiquement en s’inspirant de la structure moléculaire de l’EGCG.

Boire du thé vert, riche en EGCG est certes bénéfique mais sous-optimal d’un point de vue médical. L’EGCG contenu dans une tasse de thé vert est en trop petite quantité et se dégrade trop vite dans l’organisme pour être capable de guérir à lui seul les maladies cardio-vasculaires. Un médicament élaboré à partir de la structure moléculaire de l’EGCG permettrait de s’affranchir de cette limite.

Effets sur le cerveau et le système nerveux

Les scientifiques ont découvert que l’epigallocatechin-3-gallate (EGCG) est capable d’empêcher la formation de plaques dans le cerveau et ainsi empêcher les cellules de dépérir. Une étude réalisée sur des personnes âgés de plus de 70 ans a démontré que ceux qui buvaient régulièrement du thé développaient de meilleures capacités cognitives. La théine, qui est un acide aminé psychostimulant a en outre des effets positifs sur la concentration et la bonne humeur.

Des études sur la souris suggèrent également que l’EGCG améliore la mémoire en créant de nouvelles cellules cérébrales. Ces effets ont aussi été constaté chez l’homme. La théine a également été testée avec succès dans le traitement de la schizophrénie au Japon. Elle contribue au bien-être des patients en réduisant l’anxiété.

L’ECG du thé vert renforce les effets des antibiotiques

Selon une récente étude anglaise parue dans le Journal of Medical Microbiology, l’EGCG (gallate épigallocatéchine) serait en mesure de restaurer l’activité de l’antibiotique “aztréonam” souvent employé pour soigner les infections causées par la bactérie Pseudomonas aeruginosa devenue résistante à plusieurs antibiotiques et qui provoque des infections des voies respiratoires et du sang. Les chercheurs ont découverts que la synergie de l’ECG et de l’aztréonam permettait d’attaquer de façon plus efficace la bactérie résistante.

Composition du thé vert en minéraux et vitamines

Unité 10 cl de thé 10 cl de café
Valeur énergétique Calories 2 0,8
Eau Grammes 99,7 99,3
Protéines Grammes 0,1 0,15
Glucides Grammes 0 0
Lipides Grammes 0 0,02
Calcium Milligrammes 7 6,4
Cuivre Milligrammes 0,02 0,008
Fer Milligrammes 0,02 0,2
Iode Microgrammes 0,6 0,6
Magnésium Milligrammes 1,75 6,44
Manganèse Milligrammes 0,29 0,03
Phosphore Milligrammes 1 2
Potassium Milligrammes 25,4 51
Sélénium Microgrammes 0,1 0,1
Sodium Milligrammes 1,3 3,37
Zinc Milligrammes 0,1 0,04
Vitamine B1 Milligrammes 0 0,01
Vitamine B2 Milligrammes 0,01 0,07
Vitamine B3 Milligrammes 0,1 0,19
Vitamine B5 Milligrammes 0,01 0,25
Vitamine B6 Milligrammes 0 0,001
Vitamine B9 Microgrammes 2,6 1
Vitamine E Milligrammes 0 0

Liste des études scientifiques citées dans cet article :

Population-based metagenomics analysis reveals markers for gut microbiome composition and diversity – http://science.sciencemag.org/content/352/6285/565

“Prospective cohort study of tea consumption and risk of digestive system cancers: results from the Shanghai Women’s Health Study”, The American Journal of Clinical Nutrition, October 10, 2012, doi: 10.3945/​ajcn.111.031419

M.P. Nantz, C.A. Rowe, J.F. Bukowski, S.S. Percival “Standardized capsule of Camellia sinensis lowers cardiovascular risk factors in a randomized, double-blind, placebo-controlled study” Nutrition,9 October 2008, doi: 10.1016/j.nut.2008.07.018

Jówko E, Sacharuk J, Balasińska B, Ostaszewski P, Charmas M, Charmas R. Green tea extract supplementation gives protection against exercise-induced oxidative damage in healthy men. Nutr Res. 2011 Nov;31(11):813-21.

Molecular Nutrition and Food Research. Nov 2012 ;56(11):1647-54. Inhibition of starch digestion by the green tea polyphenol, (-)-epigallocatechin-3-gallate.
Forester SC, Gu Y, Lambert JD.

Okello EJ, Abadi AM, Abadi SA. Effects of green and black tea consumption on brain wave activities in healthy volunteers as measured by a simplified Electroencephalogram (EEG): A feasibility study. Nutr Neurosci. 2015 Feb 25.

Oxford Journal Multiple effects of green tea catechin on the antifungal activity of antimycotics against Candida albicans

A. Cassidy, T. Huang, M. S. Rice, E. B. Rimm, S. S. Tworoger. Intake of dietary flavonoids and risk of epithelial ovarian cancer. American Journal of Clinical Nutrition, 2014; 100 (5): 1344 DOI: 10.3945/%u200Bajcn.114.088708

Chung JE, Tan S, Gao SJ, Yongvongsoontorn N, Kim SH, Lee JH, Choi HS, Yano H, Zhuo L, Kurisawa M, Ying JY. Self-assembled micellar nanocomplexes comprising green tea catechin derivatives and protein drugs for cancer therapy. Nat Nanotechnol. 2014 Oct 5. doi: 10.1038/nnano.2014.208.

Danchin N. Coffee or tea consumption: no impact on cardiovascular mortality: the IPC cohort. Présenté au Congrès européen de cardiologie, Barcelone 31 août 2014.

(10) – Epigallocatechin-3-gallate remodels apolipoprotein A-I amyloid fibrils into soluble oligomers in the presence of heparin – David Townsend1, Eleri Hughes1, Geoffrey Akien1, Katie L. Stewart2, Sheena E. Radford3, David Rochester1 and David A. Middleton4* –

Envie de belles promotions sur nos meilleurs thés ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos meilleures offres.

the en promotion

Politique de confidentialité

Votre inscription a bien été enregistrée, merci ! Vous allez recevoir un email pour confirmation dans quelques secondes. Vos données seront conservées 24 mois. Elles ne seront ni vendues, ni échangées. Vous recevrez un email promotionnel à raison de une fois par trimestre maximum.

Pin It on Pinterest