Les bienfaits du bouleau : ce que les études scientifiques révèlent

par | 15 Oct 2021 | Actualité du thé

forêt de bouleaux

Le bouleau est un arbre étonnant. En France, il est extrêmement courant dans la plupart des régions. En tant qu’arbre précurseur, c’est le premier à repousser après un feu de forêt. Et la bonne nouvelle c’est que les bienfaits du bouleau sont nombreux et bien documentés. On peut en consommer aussi bien les feuilles que la sève ou même l’écorce.

La richesse des feuilles de bouleau notamment en flavonoïdes, en acide bétulique et en huile essentielle à sesquiterpènes et salicylate de méthyle leur confère des propriétés diurétiques souvent préconisés dans les maladies des voies urinaires comme les cystites, urétrites…

Des propriétés reconnues officiellement

La variété de bouleau la plus courante est le bouleau blanc, Betula pendula. En phytothérapie, on utilise les jeunes feuilles séchées, la sève, les bourgeons et l’écorce.

Les bienfaits du bouleau sont reconnus par de nombreux organismes. En particulier ses effets sur le système urinaire et les reins.

L’Agence européenne du médicament reconnait l’usage traditionnel du bouleau à partir de l’âge de 12 ans pour « augmenter le volume des urines émises pour un lavage des voies urinaires » ainsi que « comme moyen adjuvant de traitement des douleurs modérées du tractus urinaire ».

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît lui aussi l’usage thérapeutique du bouleau comme moyen « d’irrigation du tractus urinaire en situation infections bactériennes et de calculs rénaux ». la Commission précise aussi que « le bouleau peut être utile dans le traitement des rhumatismes ».

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie (ESCOP) indique que le bouleau favorise « l’irrigation des voies urinaires, notamment lors d’inflammation et de calcul rénal, et comme traitement d’appoint des infections bactériennes urinaires ».

Ce que dit la science à propos des bienfaits du bouleau

Une étude à large spectre du bouleau publiée dans le Journal d’Ethnopharmacologie (1) (2) met en exergue plusieurs effets potentiellement bénéfiques.

Le bouleau aurait notamment une activité anticancéreuse. La majeure partie des études en ce sens se concentre sur l’activité de la bétuline et de l’acide bétulinique. L’activité antiproliférativede ces molécules sur différents types de cellules cancéreuses (col de l’utérus, sein, peau…) a été mise en évidence, probablement en association avec d’autres composés des extraits de bouleau.

Un autre essai a été conduit avec une pommade à l’extrait d’écorce de bouleau qui a montré une efficacité dans le traitement de la kératose actinique. Il s’agit d’une nouvelle option thérapeutique envisageable.

On a aussi cherché à prouver l’activité anti-inflammatoire d’extraits de bouleau. Une étude (3) de 1995 a montré qu’un extrait aqueux de feuilles de bouleau avait une activité anti-inflammatoire in vitro sur des cellules isolées, notamment une inhibition modérée de l’exocytose du Platelet.

Une autre étude (4) montre que l’extrait d’écorce de bouleau (Betula platyphylla), administré par voie orale, réduit le développement de la dermatite en agissant sur l’intensité des démangeaisons, l’hypertrophie ainsi que l’infiltration du derme par des cellules inflammatoires. Cet effet ouvre potentiellement la voie à un traitement de maladies allergiques inflammatoires car le bouleau permettrait d’inhiber le relargage d’histamine.

Il a aussi été montré (5) que l’extrait d’écorce de bouleau agit sur le renforcement de la barrière cutanée. Un autre bienfait du bouleau qui intéresse la dermocosmétique pour le traitement des peaux sèches .

Utilisation de la tisane de feuilles de bouleau

bienfaits du bouleau et de ses feuilles

Les bienfaits du bouleau (infusion des feuilles) sont surtout diurétiques.

L’usage de la tisane de feuilles de bouleau est détaillé dans une thèse de pharmacologie de l’Université de Picardie.

La tisane de bouleau y est indiquée pour « son action diurétique dans les pathologies telles que les œdèmes, les coliques néphrétiques, la goutte, les rhumatismes musculaire, la cellulite, l’hypercholestérolémie et l’hypertension. »

Posologie : 3 tasses par jour à distance des repas et avant 17h. La tisane est préparée avec 20 à 50 grammes de feuilles par litre d’eau bouillante. Une semaine comme diurétique et 3 semaines comme draineur, précise la thèse.

Comment le bouleau agit-il ?

Les feuilles de bouleau sont riches en saponine, en acide bétulique et en vitamine C. La composition détaillée de la feuille de bouleau comprend de la vitamine C, carotènes, acides phénols, glucosides et roséoside. On y retrouve surtout des flavonoïdes très intéressant d’un point de vue santé.

Comment utiliser la sève de bouleau ?

Les Amérindiens récoltaient déjà la sève du bouleau au Canada.

Une analyse de la sève de bouleau révèle la présence de d’acide malique 100-600 mg/l, d’acide succinique 10-300 mg/l, d’acide phosphorique 10-50 mg/l et d’acide citrique 5-20 mg/l.

Il n’y a pas de dosage recommandé pour la sève de bouleau, qui est simplement une boisson rafraîchissante légèrement pétillante.

Autres usages traditionnels des feuilles de bouleau

bouleaux en bord de lac

D’autres usage thérapeutiques traditionnels du bouleau ont été reportés. Nous en présentons quelques uns ci-dessous à titre d’information bien qu’aucune étude scientifique ne permet d’en étayer la véracité.

Effet anti-inflammatoire

Les feuilles de bouleau en infusion auraient un effet anti-inflammatoires pour lutter contre les inflammations articulaires. Elles offriraient un soulagement des rhumatismes, arthrite, arthrose, goutte… L’action dépurative du bouleau lui permettrait d’évacuer l’acide urique, une substance aux effets inflammatoires pour les articulations.

Lutte contre la rétention d’eau

Les feuilles de bouleau seraient bénéfiques contre la cellulite et pour lutter contre la rétention d’eau et les oedème en raison de son effet diurétique.

Effets dermatologique

Comme indiqué par certaines études citées plus haut, les feuilles de bouleau seraient efficaces pour certains problèmes de peau. Elles permettent de soulager de légère affections cutanées telles que les brûlures, croûtes de lait, irritations, eczéma, psoriasis, verrues, etc. De plus l’infusion de feuilles de bouleau serait efficace pour soulager le cuir chevelu et réduire les pellicules.

En lavages et compresses, les feuilles de bouleau sont désinfectantes pour la peau, bénéfiques dans les dermatoses. Pour les croûtes de lait, il est possible de réaliser une infusion à 50g de feuilles séchées par litre d’eau en lavages 2 à 3 fois par jour.

Enfin, les feuilles sont recommandées en cataplasme ou en infusion pour combattre les furoncles. Les bains de pieds dans une décoction d’écorce seraient bénéfiques contre la sueur des pieds et les dermatoses.

Contre-indication notables du bouleau

Les informations sur les bienfaits du bouleau détaillées dans cet article sont uniquement informatives. Vous devez toujours consulter votre médecin avant d’entreprendre une cure de phytothérapie. Il existe de nombreuses interactions possibles avec des traitement médicaux et des effets secondaires à ne pas sous-estimer.

Les feuilles de bouleau sont notamment contre-indiquées chez les personnes souffrants d’allergies au pollen de bouleau ou ayant des problèmes d’œdème lié à une maladie cardiaque ou rénale.

Le bouleau étant diurétique, il est important de bien s’hydrater en complément de sa consommation.

Études citées dans cet article

(1) S. Rastogi, M. M. Pandey, et A. K. Singh Rawat, « Medicinal plants of the genus Betula-
emplois, Parragon. 2007.
Traditional uses and a phytochemical-pharmacological review », Journal of
Ethnopharmacology, no 159, p. 62‐83, 2015.

(2) V. Mshvildadze, J. Legault, S. Lavoie, C. Gauthier, et A. Pichette, « Anticancer
diarylheptanoid glycosides from the inner bark of Betula papyrifera », Phytochemistry, no
68, p. 2531‐2536, 2007.

(3) H. Tunon, C. Olavsdotter, et L. Bohlin, « Evaluation of anti-inflammatory activity of some
Swedish medicinal plants. Inhibition of prostaglandin biosynthesis and PAF-induces
exocytosis », Journal of Ethnopharmacology, no 48, p. 61‐76, 1995.

(4) E.-C. Kim et al., « The bark of Betula platyphylla var. japonica inhhibits the development of atopic dermatitis-like skin lesions in NC/Nga mice », Journal of Ethnopharmacology, no 116, p. 270‐278, 2008.

(5) F. Casetti, U. Wolfe, W. Gehring, et C. M. Schempp, « Dermocosmetics for Dry Skin : A New Role for Botanical Extracts », Skin Pharmacology and Physiology, no 24, p. 289‐293, 2011.

Recevez 5% de réduction sur votre première commande de thés et tisanes

J’en profite

Nos derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *