Thé vert au gingembre : ses bienfaits selon la science

par | 13 Fév 2021 | Thé et santé

Tasse de thé avec gingembre et citron

Thé vert et gingembre forment une association épatante. Les bienfaits du thé vert et les vertus du gingembre pour la santé sont particulièrement bien documentés, comme vous allez pouvoir le constater dans cet article de synthèse. Le gingembre, qu’il soit sous forme sèche, en poudre ou frais contient de nombreux antioxydants et composés phénoliques. Son usage thérapeutique sous forme d’infusion est notamment reconnu par l’OMS.

Qu’est-ce que le gingembre ?

Le gingembre (Zingiber officinale) est une plante qui pousse dans la plupart des régions tropicales. Sa racine est consommée en gastronomie en raison de son goût caractéristique. Elle est aussi largement utilisée en médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique.

Le pain d’épice bien connu des gourmands a été inventé au 15ème siècle en Europe. Sa recette originelle contenait du gingembre. En effet, cette épice très aromatique permettait de masquer le goût rance des veilles farines.

Le gingembre a une histoire riche et ancienne, dont les références remontent à la Grèce et à la Rome antiques. Il était prisé par les marchands arabes pour ses propriétés médicinales, et il s’est rapidement répandu en Europe. Déjà au 18e siècle, il était devenu un arôme populaire dans les boissons et les confiseries. Aujourd’hui, il reste une épice populaire dans le monde entier.

Les composés actifs responsables du goût piquant si particulier du gingembre sont des dérivés du gingérol.

Le gingembre peut être conservé à température ambiante, mais il est préférable de conserver la racine dans un endroit frais et sec. Un sous-sol ou un réfrigérateur sont deux bonnes options.

Pourquoi le gingembre est-il bénéfique pour la santé ?

Le gingembre contient environ 40 antioxydants répertoriés. Certains de ces composés pourraient même être libérés lors de la cuisson, comme en atteste l’augmentation de l’activité antioxydante (1) du gingembre cuit. Le gingembre en poudre est au troisième rang des aliments les plus riches en antioxydants (2).

Dans un rapport de thèse soutenue à l’Université de Lorraine (3), est indiqué que les composés phénoliques du gingembre que sont « l’oléorésine, gingérols et shogaols ont une action pharmacologique dans de nombreux domaines.

Les composés sesquiterpéniques de l’huile essentielle sont aussi source d’intérêt. » et également que « les effets antinauséeux et digestifs reconnus font l’objet d’indications de plusieurs compléments alimentaires, d’autres actions, notamment antidiabétique et hypolipémiante, […] mériteraient d’être davantage exploitées ».

Par ailleurs, en raison de sa forte teneur en antioxydants, le gingembre aurait des effets bénéfiques pour lutter contre les radicaux libres et le vieillissement cellulaire. Il semblerait que lorsque le gingembre entre en contact avec des cellules infestées de radicaux libres dans la muqueuse de l’estomac, il se lie fortement à ces molécules, les empêchant de se lier entre elles et de causer des dommages en chaîne.

Enfin, le gingembre cru est une source de cuivre. Il se trouve que ce minéral essentiel est un constituant de nombreuses enzymes indispensables à l’organisme. Ces enzymes riches en cuivre contribuent aussi à la défense de l’organisme contre les radicaux libres.

Les recommandations officielles : le gingembre contre les nausées

Selon le Vidal, l’OMS et la Commission E allemande reconnaissent de nombreux usages au gingembre.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme « cliniquement justifié » l’utilisation du gingembre pour « la prévention des nausées et des vomissements dus au mal des transports et au mal de mer, ainsi que ceux liés à une intervention chirurgicale ou à la grossesse ».

L’OMS valide l’usage de l’infusion de gingembre dans le traitement des nausées liées à la grossesse, à raison de 250 mg de rhizome séché, en infusion quatre fois par jour. Cette dose correspond à 10 g de gingembre frais par jour soit l’équivalent d’une tranche de 6 à 7 mm d’épaisseur.

Elle reconnaît comme un usage « traditionnel » son utilisation dans le traitement « des troubles digestifs, du rhume et de la grippe, de la perte d’appétit et aussi comme anti-inflammatoire pour les migraines et les douleurs musculaires ou articulaires ».

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du gingembre dans « le traitement des troubles digestifs et la prévention du mal des transports ».

Plusieurs études ont évalué l’effet antiémétique (qui définit le fait d’arrêter les nausées et les vomissements) du gingembre. Deux études révèlent que la consommation de 0,5 g à 1,5 g de gingembre en poudre pourrait être efficace pour traiter les nausées et les vomissements durant la grossesse (6).

Les femmes qui allaitent devraient toutefois éviter de prendre du gingembre, hors usage alimentaire.

Les autres bienfaits du gingembre validés par la science

Une étude a démontré que le gingembre pourrait être un agent thérapeutique dans le traitement du cancer de la prostate (4).

Une autre étude démontre que les shogaols du gingembre pourraient également protéger les cellules d’un élément impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer (5)

Chez l’humain, la consommation de gingembre montre des résultats interéssants en vue de la diminution des douleurs causées par l’arthrite (7).

Une récente étude scientifique a démontré un effet bénéfique de la consommation de 3 g de poudre de gingembre pendant 8 semaines chez des individus atteints de diabète de type 2. L’extrait de gingembre diminuerait les valeurs de glycémie à jeun et d’hémoglobline glycquée en plus d’améliorer la résistance à l’insuline (8).

Le thé au gingembre est-il aphrodisiaque ?

Le pouvoir supposé aphrodisiaque d’un thé au gingembre ou même en infusion, en poudre ou frais n’est pas aussi évident que le laisse supposer sa réputation. Ce n’est pas un aphrodisiaque au sens strict. Il n’augmente pas la libido. Par contre, c’est une plante énergisante capable de stimuler la sexualité.

Précautions d’emploi

SI vous avez le moindre doute, il est préférable de vous renseigner auprès d’un professionnel de santé avant de prendre du gingembre pour éviter toute interaction médicamenteuse.

En cas de surdosage, il est possible de ressentir des effets secondaires indésirables comme des brûlures d’estomac et des ballonnements, des diarrhée et des menstruations plus abondantes pour les femmes.

Des cas d’allergie au gingembre ont aussi été déclarés avec une éruption cutanée marquée. Lorsque le gingembre est consommé sous forme d’huile essentielle, il peut aussi provoquer des irritations cutanées.

En outre, il est déconseillé de consommer du gingembre avant une opération à cause de ses propriétés anticoagulantes.

poudre de gingembre

Recettes de thé au gingembre fait maison

En hiver, pour vous donner un coup de boost, accélérer votre métabolisme ou pour lutter contre une nausée, vous pouvez vous préparer une de ces deux recettes faciles d’infusions à base de gingembre.

Infusion tonifiante de thé vert au gingembre et au citron

Ingrédients

  • 1 citron vert (jus)
  • 1 cuillère à soupe de thé vert de Chine
  • 1 petit morceau de 1 cm de gingembre frais
  • 1 cuillère à café de miel de votre choix
  • 50 cl d’eau

Préparation

  1. Pressez le citron et versez son jus dans une théière.
  2. Epluchez le gingembre et découpez-le en petits cubes.
  3. Ajoutez votre thé vert dans une boule à thé et versez l’eau bouillante dans la théière.
  4. Laissez infuser 5 minutes.
  5. Ajoutez le miel

Infusion de gingembre et de cannelle pour l’hiver

Une infusion réconfortante pour lutter contre le rhume et renforcer ses défenses immunitaires.

Ingrédients

  • 1 L d’eau
  • 2 cuillères à café de poudre de gingembre
  • 1 cuillère à café de cannelle
  • 1 cuillère à café de miel de tilleul (de préférence)

Préparation

  1. Faites bouillir l’eau et versez-là dans une théière.
  2. Saupoudrez la poudre de gingembre et la poudre de cannelle
  3. Ajoutez le miel et remuez.
  4. Laissez infuser 5 minutes puis dégustez.

Préparations gourmandes à base de thé et de gingembre

Nous apprécions de travailler avec le gingembre pour son goût frais et tonique. Associé à des agrumes ou des fruits rouges, c’est un régal. Voilà une sélection de quelques recettes de thés vert au gingembre que nous proposons en boutique.

Thé vert banane gingembre orange

Une recette de jus de gingembre

Le jus de gingembre est obtenu en râpant du gingembre frais et en pressant le jus qui en résulte.

Pour préparer le jus de gingembre, commencez par râper un morceau de gingembre frais à l’aide d’une râpe à main ou d’un robot ménager.

Vous aurez besoin d’environ 1/2 tasse pour cette recette.

Ajoutez le gingembre râpé dans un bol et couvrez-le d’eau bouillante.

Laissez reposer pendant 10 minutes avant de presser tout le liquide dans une tasse ou un récipient en verre que vous pouvez ensuite boire tout au long de la journée, selon vos besoins, pour bénéficier de bienfaits.

Etudes citées dans cet article

1. Shobana S, Naidu KA. Antioxidant activity of selected Indian spices. Prostaglandins Leukot Essent FattyAcids 2000.

2. Halvorsen BL, Carlsen MH, et al. Content of redox-active compounds (ie, antioxidants) in foods consumed in the United States. Am J Clin Nutrition

3. Anne Butin. Le gingembre : de son utilisation ancestrale à un avenir prometteur. Sciences pharmaceutiques. 2017.

4- Shogaol from dried ginger inhibits growth of prostate cancer cells both in vitro and in vivo through inhibition of STAT3 and NF-κB signaling – Achinto Saha, Jorge Blando, Eric Silver, Linda Beltran, Jonathan Sessler, John DiGiovanni

5- Kim DSHL, Kim D-S, Oppel MN. Shogaols from Zingiber officinale protect IMR32 human neuroblastoma and normal human umbilical vein endothelial cells from B-amyloid(25-35) insult. Planta Med.

6- hobana S, Naidu KA. Antioxidant activity of selected Indian spices. Prostaglandins Leukot Essent FattyAcids 2000 February.

7- Chrubasik S, Pittler MH, Roufogalis BD. Zingiberis rhizoma: a comprehensive review on the ginger effect and efficacy profiles. Phytomedicine 2005 September : 684-701.

8- Mahluji S1, Attari VE, Mobasseri M, Payahoo L, Ostadrahimi A, Golzari SE. Effects of ginger (Zingiber officinale) on plasma glucose level, HbA1c and insulin sensitivity in type 2 diabetic patients. Int J Food Sci Nutr. 2013 Sep;64(6):682-6

Autres études sur le gingembre

Monograph Zingiber officinale (Ginger). Altern Med Rev 2003;8(3):331-5.

Surh Y. Molecular mechanisms of chemopreventive effects of selected dietary and medicinal phenolic substances. Mutat Res 1999 July 16;428(1-2):305-27.

Effect of ginger on gastric motility and symptoms of functional dyspepsia
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21218090/

Antioxidant activity of ginger extract as a daily supplement in cancer patients receiving adjuvant chemotherapy: a pilot study
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5293358/

Some phytochemical, pharmacological and toxicological properties of ginger (Zingiber officinale Roscoe): a review of recent research
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17950516/

Antibacterial activity of [10]-gingerol and [12]-gingerol isolated from ginger rhizome against periodontal bacteria
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18814211/

thé noir baies

Recevez 5% de réduction sur votre première commande de thés et tisanes

J’en profite

Nos derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.