“Japon : la voie du thé” en reportage sur Arte

par | 2 Juin 2014 | Pays producteurs de thé

Cérémonie du thé au JaponArte a rediffusé un superbe reportage sur le thé du Japon : « La voie du thé ». Profitez-en, le documentaire n’est disponible que pendant quelques jours après sa rediffusion.

J’en ai récupéré la substantifique moelle pour en faire un rapide résumé ci-dessous.

Une grande partie du reportage est consacrée à la famille Watanabe qui produit un thé BIO de qualité sur l’ile de Kyushu. Le thé produit par Mr Kazuo Watanabe est un sencha BIO ombré (le reportage ne précise pas s’il s’agit d’un Gyokuro ou d’un Kabusecha hélas, je penche en faveur du Kabusecha).

Début de la cueillette du premier sencha de l’année, le fameux 1st flush, le 7 mai. La récolte – mécanisée via une machine Ochiai – va durer 10 jours.

Le sencha de Kyûshû est réputé pour sa qualité. Le terroir y est exceptionnel : climat subtropical, sol fertile avec une terre tendre, aérée et souple. L’eau y est également de grande qualité grâce à la structure géologique unique du sous-sol. Aussi Maitre Kazuo Watanabe n’utilise bien sûr pas d’engrais chimique ni de pesticides, pas même de fumier qui attaquerait les racines des théiers. Les bâches noires disposées au dessus des théiers permettaient autrefois de protéger les feuilles de la cendre volcanique. On a découvert par la suite que cette technique améliorait considérablement le goût du sencha.

La production totale de Sencha Watanabe est de 5 tonnes par an. Le kilo se négocie à 12 euros sur le marché de gros de Kagoshima, le double sur le marché au détail. Lors de la bourse au thé, els acheteurs dégustent les échantillons puis place une offre de prix masquée. Seule la meilleure offre remporte le lot.

Les cuves de l’usine de Watanabe peuvent contenir 3 tonnes de feuilles simultanément. Elles y sont d’abord entreposées et brassées par un flux d’air constant pour en préserver la fraicheur. Ensuite les feuilles sont étuvées à 100°C pendant 30 secondes. Enfin les feuilles sont placées sur un tamis-pressoir qui va les malaxer pendant 4 heures et leur donner leur forme caractéristique de petites aiguilles d’un beau vert profond. Objectif : obtenir un thé frais mais avec du corps, un gout sucré et tonique.

Le reportage s’intéresse ensuite rapidement à la cérémonie du thé. Les moines boivent du Matcha fort afin de garder l’esprit clair pendant leurs longues heures de méditation. Le rituel du thé en lui même contribue à éveiller la conscience de l’instant présent, un des principes clefs du bouddhisme Zen. Lors de la cérémonie, la beauté du geste et sa simplicité sont indispensables. la façon de préparer son thé corresponda à la manière dont on vit.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *