La meilleure eau minérale : ce que dit la science

par | 14 Mai 2022 | Autour du thé

bouteille d'eau minéral sur fond gris

L’eau est la seule et unique boisson essentielle. La recommandation officielle est d’en boire 1,5 litre par jour.

Certaines eaux minérales sont riches en calcium, d’autres en magnésium ou encore en sodium.
Dès lors, comment choisir la meilleure eau minérale pour la santé ?

On fait le point sur la question.

Qu’est-ce qu’une bonne eau minérale ?

Chaque eau minérale a une composition différente. En France, nous avons de la chance avec un vaste choix d’eaux en bouteilles qui occupent un rayon entier des supermarchés. IL ne reste donc plus qu’à faire le bon choix.

💡 Les eaux minérales ont droit à peu de traitements additionnels. Il est possible d’intervenir sur le fer, le manganèse, le fluor, mais aucun traitement de désinfection n’est autorisé contrairement à l’eau du robinet.

👉  Saviez-vous que boire plus d’eau permet de mincir ? Plusieurs études scientifiques le confirment. En savoir plus ici.

Les résidus à sec

Le premier élément à prendre en considération dans le choix d’une bouteille d’eau est la quantité de résidus à sec qu’elle contient.

Cette classification est détaillée dans ce document de l’ANSES (pdf).

La lecture du résidu sec à 180°C indique la minéralisation totale de l’eau.

Il s’agit de la quantité de minéraux (sodium, magnésium, sulfate, calcium,…) restants une fois que le volume d’eau défini ce soit évaporée à une température de 180°C.
Il est obligatoirement indiqué sur l’étiquette des bouteilles après les valeurs nutritionnelles sous l’intitulé “résidus à sec à 180°”, “extrait sec à 180°” ou encore “teneur total en sels minéraux à 180° ».

Il est alors possible de classer les eaux selon leur minéralisation :

  • Résidu sec à 180°C inférieur à 50 mg/L = eau minérale très faiblement minéralisée
  • Résidu sec à 180°C inférieur à 500 mg/L = eau minérale faiblement minéralisée
  • Résidu sec à 180°C inférieur à 1000 mg/L = eau minérale moyennement minéralisée
  • Résidu sec à 180° C supérieur à 1500 mg/L = eau minérale fortement minéralisée.

Il est courant de lire qu’une bonne eau est une eau peu minéralisée.

L’ANSES n’est pas aussi catégorique, elle précise les recommandations suivantes :
« certaines eaux minéralisées peuvent induire des effets sur la santé et être recommandées pour des besoins particuliers : les eaux sulfatées ont par exemple un effet laxatif, certaines améliorent l’apport en calcium, etc. »

L’ANSES précise de plus que « en période de canicule, il est recommandé de boire des eaux minéralisées pour compenser les pertes de minéraux par la transpiration […] notamment les eaux contenant des sels de bicarbonate, du chlorure de sodium, du potassium, du magnésium… »

👉 Le saviez-vous ?
Les eaux minérales ne répondent pas aux mêmes contraintes de qualité que l’eau du robinet. C’est le cas notamment du fluor. La limite est fixée à 1,5 mg/l pour l’eau potable, les eaux minérales peuvent en revanche en contenir jusqu’à 5 mg/l. Une eau minérale serait donc « refusée » sur le réseau de distribution d’eau potable.

L’acidité de l’eau

Le deuxième élément à considérer est le pH de l’eau, autrement dit son degré d’acidité.

L’estomac est un milieu très acide et la consommation d’une eau trop basique (à l’opposé de l’acidité) pourrait perturber la digestion gastrique.

Le pH de l’eau devrait donc être neutre ou légèrement acide c’est-à-dire compris entre 6,5 et 7.

Sur l’étiquette, l’indication du pH se trouve en dessous des résidus à sec.

Comment choisir son eau minérale selon ses besoins ?

Selon l’arrêté du 14 mars 2007 Annexe III, il est possible de distinguer plusieurs catégories d’eaux minérales selon leur composition :

  • Bicarbonatées avec une teneur en Bicarbonates supérieure à 600mg/L
  • Calciques avec une teneur en Calcium > à 150mg/L
  • Magnésiennes avec une teneur en Magnésium > à 50mg/L
  • Pauvres en Sodium avec une teneur en Sodium < à 20 mg/ L
  • Sodiques avec une teneur en Sodium > à 200 mg/L
  • Sulfatées avec une teneur en Sulfates > à 200 mg/L
  • Fluorée avec une teneur en Fluors > 1 mg/L.

👉  Voir les bienfaits des eaux riches en bicarbonates

Les eaux minérales pour bébés

Selon la réglementation (Annexe II de l’Arrêté Ministériel du 28.12.2010.), certaines eaux minérales naturelles conviennent à l’alimentation du nourrisson.

Cette appellation peut être indiquée sur l’étiquette de la bouteille le cas échéant.

Voici certains des critères à respecter :

  • Calcium < 100 mg/L
  • Sodium < 200 mg/L
  • Magnésium < 50 mg/L
  • Sulfates < 140 mg/L
  • Nitrates < 10 mg/L
  • Fluorures < 0,3 mg/L si supplémenté en fluor et 0,5 mg/L si non supplémenté

Les eaux riches en minéraux

Une eau est « riche en calcium » si elle contient plus de 120 mg de calcium par litre.
Les eaux riches en calcium sont notamment l’Hépar, Courmayeur ou encore Contrex.

👉 Retrouvez ici le classement des eaux riches en calcium

Une eau est « riche en magnésium » si elle contient plus de 56 mg de magnésium par litre.
Il s’agit de la Rozanna, de l’Hépar ou de la Quézac.

👉 Retrouvez ici le classement des eaux riches en magnésium

Une eau est « riche en sodium » si elle contient plus de 360 mg de sodium par litre.
Les eaux riches en sodium sont Vichy Celestins, St Yorre.

👉 Retrouvez ici le classement des eaux riches en sodium

Tableau comparatif des eaux minérales gazeuses

Tableau comparatif des eaux gazeuses

Tableau comparatif des eaux minérales plates

Tableau comparatif des eaux plates

Inconvénients potentiels de l’eau minérale

Bien que la consommation d’eau minérale soit considérée comme sûre pour la plupart des individus, certaines marques peuvent être trop riches en sodium pour ceux qui ont besoin d’un régime pauvre en sel (1).

En outre, la teneur en microplastiques de l’eau minérale contenue dans les bouteilles en plastique suscite des inquiétudes (1). Bien que les effets à long terme des microplastiques sur la santé soient encore inconnus, les premières études suggèrent que ces petites particules peuvent s’accumuler dans votre corps et augmenter l’inflammation.

La production d’eau minérale en bouteille est un processus énergivore. Entre le transport des matières premières, le processus de fabrication, et l’acheminement vers les grandes surfaces, c’est un bilan carbone problématique qui s’affiche.

Selon l’ADEME (2), la consommation d’un litre d’eau en bouteille émet 400 grammes de CO2 contre 0,1 gramme par litre d’eau du robinet. Lorsque l’eau est vendue en bouteille de verre, l’utilisation de 1 kg de verre génère 0,81 kg de CO2 malgré le recyclage.

Enfin, l’eau minérale gazeuse est plus acide que l’eau ordinaire, et l’exposition à l’acide peut endommager très légèrement l’émail de vos dents.

👉  Eau plate ou gazeuse ? laquelle est la meilleure ? Découvrez-le ici, études à l’appui.

—-
(1) De Giglio O, Quaranta A, Lovero G, Caggiano G, Montagna MT. Mineral water or tap water? An endless debate. Ann Ig. 2015 Jan-Feb;27(1):58-65. doi: 10.7416/ai.2015.2023. PMID: 25748506. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25748506/

(2) Étude ADEME 2018 « Modélisation et évaluation ACV des produits de consommation et biens d’équipement » https://bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?ordinateurs_et_equuipements_pe.htm

thé noir baies

Recevez 5% de réduction sur votre première commande de thés et tisanes

J’en profite

Nos derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.